Proof

Proof

Proof est le producteur attitré du label Din Records, donc de Médine. Il vient d’ailleurs de réaliser l’instru du morceau Biopic de Médine, qui est disponible depuis hier sur le net, premier extrait de son album à venir, Don’t PanikL’occasion de revenir avec lui sur l’origine de son nom, l’histoire de Din Records, ses influences musicales, et les projets des artistes du label Din Records.

Street Way Of Life : Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Proof : Proof, anciennement rappeur du groupe Ness & Cité, aujourd’hui compositeur et ingénieur du son du label indépendant Din Records.

SWOL : Pourquoi Proof ?

P : Alors Proof, ça me vient d’une époque où j’étais encore lycéen. Je rêvais d’une carrière artistique ou sportive, différente des professions auxquelles mes profs ou les conseillers d’orientation me prédestinaient, je ne voulais pas rentrer dans les normes, et devenir un employé qui répète quotidiennement les mêmes gestes à la manière d’un robot (un peu rebelle sur les bords).  Je me suis mis à faire du son, et finalement j’en ai fait mon métier. Cette époque était aussi celle du rap US : Mobb Deep, Nas, Notorious Big, Public Enemy, NWA… A ce moment, un titre tournait en boucle, celui de Group Home, Livin’ Proof, c’est donc resté Proof, la preuve. Je suis une preuve de travail et de détermination, une preuve qu’on peut faire de grandes choses, même si certains nous destinent à une carrière de manutentionnaire, une preuve qu’on est ce qu’on veut devenir et pas ce qu’ils veulent ou pensent de nous.

SWOL : Peux-tu nous présenter Din Records ?

P : Din Records est un label indépendant, c’est notre label, un groupe d amis, créé par Salsa et moi. C’était un projet de vie, une idéologie autant qu’une structure pour sortir nos albums.

SWOL : Peux-tu nous présenter les artistes de ce label ? 

P : L’artiste phare est Médine, plus besoin de le présenter. Nous avons Tiers Monde, rappeur solo dont la dernière sortie s’appelle Black 2 The Future. Il forme avec mon frère Brav’, autre artiste solo, le groupe Bouchées Doubles. Au sein du label, nous avons aussi Koto, artiste manipulateur des sens et des mots « rires ». Samb est l’artiste décalé du label, car il rap et aborde ses thèmes avec beaucoup d’humour. Aboubakr est un rappeur présent sur les projets du collectif Din Records ou de Médine. Ness & Cité est le groupe formé de Salsa et moi, mais nous restons dans l’ombre et apportons notre aide et notre soutien à nos artistes, qui sont, avant tout, nos amis. Pour la petite histoire, Médine et Brav’ sont amis depuis la maternelle, ils faisaient des châteaux de sable ensemble. Tiers Monde est arrivé en 6èmependant l’époque Dragon Ball Z. Samb et moi somment amis depuis nos 9 ans, l’époque football. Salsa, le frère de Samba était l’ainé, le chef naturel voire biologique. C’est lui qui faisait du rap, on le regardait avec admiration… Le rap étant contagieux, on a fait de notre famille un label de musique.

SWOL : Pourquoi Din Records ?

P : Din Records a 2 sens. Le premier est notre garde-fou, celui du mot « din » : la vie avec les valeurs religieuses de respect, de tolérance, d’honnêteté. Ce mot arabe est comme un rappel. Quand tu as le mot « din » en nom de famille tu ne peux pas te permettre de dire n’importe quoi, de changer de but ou d’intention en court de route, tu ne peux pas te dire « tiens je ne vais plus éveiller, mais endormir les consciences ». Le deuxième est plus simple, c’est le raccord audio qu’on appelle « din ».

SWOL : Quand et comment as-tu découvert le rap ?

P : J’ai l’impression de toujours avoir connu le rap sans réellement en avoir conscience. Le rap a toujours été un minimum de conscience. On a concrétisé, à notre façon, une musique qui dénonce et qui crie les injustices, c’était notre manif’ sur un CD.

SWOL : Quelles sont tes influences musicales ?

P : Mes influences sont principalement tirées des musiques mélancoliques car je viens du Havre. Et il fallait faire de la musique qui ressemble au climat, à l’architecture et à l’ambiance de la ville. J’ai, en réalité, tellement d’influences, qu’au final mon influence est LA Musique de tous les genres, tous les horizons.

SWOL : Qu’est-ce qu’on trouve sur ton iPod ?

P : Mobb Deep, Sade, Sia, Adele, Paolo Nutini, Damien Rice, Jay-Z, The Weeknd, Daft Punk, Lil Wayne, Hans Zimmer, Amy Winehouse, Eminem, Francis Cabrel, Youssoupha, Booba, etc. Mon iPod, c’est un peu la Fnac !

SWOL : Pourquoi es-tu passé de rappeur dans Ness & Cité à producteur pour Din Records ?

P : Je me suis senti si bien dans ce domaine, c’est tellement vaste la création musicale. Créer un univers sonore, chercher une dimension particulière et ouvrir les esprits, faire passer une émotion par quelques notes de violon ou de piano, c’est tellement simple. Si tu ne comprends pas le français, la musique reste universelle.

SWOL : Tu es producteur chez Din Records, c’est un label composé d’artistes engagés qui font du rap conscient : pourquoi as-tu choisi de produire pour ce style de rap ?

P : Médine le dit très bien « Rap conscient, c’est un pléonasme ».

SWOL : Quelle est la production que tu as réalisé que tu préfères ?

P : Oh mince, je ne peux pas choisir entre mes enfants ! Mais on va dire que ma meilleure prod, est celle que je ferai demain (rires) !

SWOL : Aura-t-on la chance de te revoir rapper un jour ?

P : Tu veux appeler ça de la chance ? Je ne sais pas, mon équipe le fait très bien pour moi. Quand Médine rap, c’est moi qui rap car je suis d’accord avec ce qu’il dit.Idem pour les autres.

SWOL : Quels sont tes projets à venir et ceux de Din Records ?

P : Tiers Monde est dans les bacs, ou plutôt sur iTunes avec Black 2 The Future. Brav’ va bientôt sortir sa digitape Sous-France, on est actuellement sur les mixages des titres. Médine est en studio pour Don’t Panik, d’ailleurs, le 21 juin 2012*, tu pourras entendre le premier titre extrait de l album en featuring avec Kayna Samet [nous avons réalisée cette interview quelques jours avant le 21 juin].

SWOL : On voit une influence grandissante des membres de Din Records : Médine orateur à Sciences Po, puis en présence de Tariq Ramadan. Comment l’expliques tu ? 

P : C’est la suite du discours, une évolution naturelle, du rap conscient a capella dans un amphi. Notre musique est née d’un problème, d’une misère sociale. Dénoncer des inégalités sur CD c‘est bien, mais maintenant il faut œuvrer pour trouver des solutions.

SWOL : Quelque chose à rajouter ?

P : Restez à l’écoute !

Dédicace à Nicolas pour sa participation à l’interview, Your mind must be free, NouhotÒ Lyrics !

Share