OverDoz, chef de file du new style à la Californienne !

OverDoz, chef de file du new style à la Californienne !

Une plaidoirie de rappeurs tueraient pour accomplir lors d’une carrière ce qu’OverDoz a réalisé en quelques années seulement. Si vous ne connaissez pas OverDoz, il s’agit d’un groupe de rap californien à la fois direct, décalé, hétérogène et pied à terre. Vous pouvez aller checker leur Facebook et leur Twitter pour suivre leur actualité mais avant ça, nous vous conseillons fortement de lire les lignes qui suivent en premier lieu afin de savoir exactement à qui vous avez à faire.

Leurs origines et leur rencontre

OverDoz est un groupe composé de quatre membres qui se connaissent depuis leurs 5 ou 6 ans. Les trois premiers sont nés à Inglewood, en Californie, dans la banlieue de Los Angeles. Il s’agit du lieu où fut inhumé Ray Charles, où Paul Pierce habite, où sont nés Tyra Banks et Mack 10, ou encore le lieu où Sergeï Bubka a battu deux fois le record du monde du saut à la perche. Bref, Inglewood est une petite ville (d’un point de vue Américain of course) de 100.000 habitants et comme vous l’aurez compris de nombreuses personnalités américaine ont des attaches avec cette municipalité californienne. OverDoz vient donc également de là et veut explorer de nouveaux courants dans le Hip-Hop, ce qu’ils font jusqu’ici avec brio. L’été 2008 marque les débuts de ce groupe quelque peu atypique. En effet, c’est à cette période que Sleezy et Kent commencèrent à écrire leurs premiers albums, respectivement nommé Bowties et Rosaries. Après plusieurs rencontres dans le studio, OverDoz est né. Juste avant la sortie de leurs deux albums, le groupe récupère Tube qui revient alors de l’Université d’Etat de l’Arizona. Ils ont alors tous les trois 20 ans et sont prêts à conquérir l’univers musical californien quelque peu sur le déclin à cette période-là. Les quatre gars de Cali sont différents mais complémentaire. D’un point de vue stylistique déjà. Tube est le genre de mec qui squatte les shop de fringues vintages, ou les friperies si vous préféré. Cream, le comédien qui a intégré le crew en dernier, très en vue dans les clips, est plus tourné vers les marques Deadline et DiamondKent, quant à lui, semble avoir une attirance pour les t-shirts unis avec une paire de Van’s. C’est à la cool avec lui. Enfin, Sleezy est le skateur du groupe. Lui, c’est plutôt les marques Supreme etUndefeated qui le font kiffer.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=HiPiH6oXa58

Leur style

Pour marquer leur originalité et créativité, les membres d’OverDoz balancent des rimes imprévisibles à tout bout de champs, ponctués par de nombreuses punchlines délirantes bien senties, le tout sur des beats efficaces et réalisés de mains de maîtres par des producteurs tels que PolyesterIman OmariRooseveltBrook D’Leau ou encore le groupe THC, composé de Rich Bricks et Axel Folie, déjà connus pour avoir participé à la fabrication de plusieurs morceaux de Kendrick Lamar et le Black Hippy Crew. Quant à leurs textes, ils sont basés sur trois points qui peuvent paraître anecdotique mais qui sont en réalité très importants. Premièrement, la weed est omniprésente et on comprend très rapidement que ce produit très apprécié en Californie est un élément majeur de leur vie quotidienne. Deuxièmement, comme vous pourrez le constater dans les différents clips tout au long de l’article, la gente féminine a également une place importante. Enfin, les quatre compères californiens maîtrisent les sujets propres à notre génération, comme l’amour des bagnoles ou les soirées folles, et les traitent harmonieusement en ajoutant leur touche d’humour. Si vous vous demandez encore pourquoi ces éléments sont importants pour comprendre le succès du groupe, c’est parce que tout le monde peut se retrouver dans leur univers.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=T-YAeuszgVk

Leur entourage

Du côté des artistes qui les entourent, les noms de Dom Kennedy et Kendrick Lamar sont les premiers à citer. Premièrement parce qu’ils sont les plus connus mais également parce qu’ils viennent tous les deux de la ville ensoleillée, ce qui prouve leur succès local. Iman Omari est également très présent à leurs côtés et leur fait régulièrement grâce de leur soutien. Casey Veggies, ex-membre d’Odd Future est également un proche du quator d’Inglewood. Pharell Williams et le groupe OutKast ont, eux-aussi, reconnus apprécier l’approche artistique du groupe et semblent avoir kiffé la vibe dégagée par KentSleezyTube et Cream. Le groupe  a également fait une apparition aux côtés de Wiz Khalifa lors de l’été 2010 sur Roll Up, extrait de l’album Here My Dear du fameux producteur Terrace Martin, qui est un personnage de l’ombre qui se cache derrière la réalisation de morceaux de SnoopWarren G ou Talib Kweli. Pas besoin d’en rajouter plus sur ce producteur, vous aurez compris qu’il s’agit de quelqu’un d’important dans la sphère rapologique. Ils commencent également à faire du bruit autour d’eux puisque une tournée nationale est déjà en cours, avec deux dates à Chicago dont les places se sont vendues très rapidement. Quant à la tracklist de leur prochain projet, bien qu’elle n’ait  pas encore été dévoilée, elle risque de surprendre plus d’une personne de par ses featurings.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hWa3_fiVUXc

Leurs clips, entre originalité et délire venu tout droit d’un autre univers

Mettons les choses au point dès le départ. Si vous vous demandez dans quels clips on peut trouver les finnest bitches comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique, c’est vers les clips d’Overdoz et de tout leur entourage qu’il faut se tourner. Mais ce n’est pas la seule chose que l’on trouve dans les vidéos réalisées pour le groupe par Calmatic Films. En effet, femmes, herbe, alcool, swag propre et décalé, humour et des tas de délires s’entremêlent pour un rendu tout d’abord original mais surtout réussi d’une main de maître. Premier exemple, le clip de Come First, extrait de leur mixtape Live For, Die For. Plus qu’un simple clip, il s’agit d’un court métrage de 9 minutes. Je ne vous raconte pas le clip, je vous laisse le découvrir juste-dessous pour que vous puissiez vous faire votre propre avis. En tout cas, l’enchaînement des différents plans est impressionnant. Cream dès le départ définit l’ambiance du son en sortant « If this don’t make them wet, I don’t know what is ! », qui pourrait se traduire par « Si ça, ça ne le fait pas mouiller, je me demande ce qui pourrais les faire mouiller ! ».

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zPUbiWFkKFI

Vous l’aurez donc compris, OverDoz est un groupe hétérogène. En parlant un peu de tout ce qui définit notre génération sur des sonorités envoûtantes et entraînante à la fois, les Californiens ont réussi à rendre efficace leur musique tout en gardant un certain sens dans leurs propos. Tout le monde ne peut pas se vanter de faire de même. Mais plus que cela, ce qui nous touche c’est qu’avec le style direct de Sleezy, les métaphores de Kent, le style très laid back de de Tube et l’humour de Cream, tout le monde peut se reconnaître dans les morceaux et délires d’OverDoz. Et justement, c’est ça justement là que se trouve leur plus grande force de frappe.

Peace & Stay Fresh, GHB & Touchy Beats !

Share