Le Tour Du Monde Du Hip-Hop #6 - Le Brésil

Le Tour Du Monde Du Hip-Hop #6 – Le Brésil

Pour ce sixième opus sur le Hip-Hop mondial, on vous emmène de l’autre coté de l’Atlantique, au pays du football et de la Samba : le Brésil.

Le rap apparaît au Brésil à la fin des années 80, dans les quartiers les plus pauvres des grandes villes, en particulier à Sao Paulo. La culture Hip-Hop est très présente au Brésil, il y a le rap mais le Break Dance et le Graffiti jouent également un rôle important. Au pays du ballon rond, les premiers MCs venaient des fameuses favelas. Mais aujourd’hui le Hip-Hop s’est répandu sur le vaste territoire brésilien au sein de toutes les classes sociales, et même dans les régions les plus excentrées qui vivent sont souvent en autarcie. Au niveau de la sape, les jeunes qui veulent montrer qu’ils sont fans de rap brésilien portent les hoodies des équipes sportives californiennes et il est courant de les voir déambuler dans la ville avec une snapback sur laquelle est marqué « A Rua é Nóiz », littéralement nous sommes de la rue !

 Sans titre

Les rappeurs brésiliens rappent majoritairement sur le racisme, la pauvreté, la démocratie raciale et la violence policière. Le thème de l’enfermement revient souvent, non seulement ils critiquent  les prisons traditionnelles  mais aussi les favelas qui sont comme des cellules à ciel ouvert. Les rythmes y sont lents, ce qui est surprenant car il n’est pas courant de voir ce type de rap en France ou aux USA bien que de plus en plus s’y mettent aujourd’hui.

L’un des premiers groupe de rap brésilien fut les Racionais MC’s, il a été fondé en 1988 par Mano Brown, Ice Blue, Edie Rock et KL JAY. Leur noms signifie les MC’s rationnels en portugais. Entre 1990 et 2002, ils ont sortis cinq albums qui ont connus un certain succès sur place, puisqu’ils ont vendu un peu plus d’un million d’albums tout en refusant d’être programmés sur les médias brésiliens les plus importants.

Marcelo D2 est un autre précurseur du rap brésilien, et lui est originaire de Rio De Janeiro. Il pratique un art tiré du rap et de la funk appelé Planet Hemp dont les lyrics sont  dédiés à la légalisation de la marijuana. Il se lance dans le rap en indé en 1998 et a commencé des expérimentations musicales en kickant sur des beats de samba. Celle-ci paiera et il enregistrera six albums studio. Contrairement à beaucoup de MC brésiliens, Marcelo ne parle pas beaucoup de rue dans ses morceaux mais plutôt de la culture brésilienne.

Dans les MCs brésiliens qui comptent, on retrouve aussi Emicida, considéré comme une révélation du rap sud-américain sur la scène internationale. Il a réussi à se faire connaitre grâce aux réseaux sociaux. Son titre le plus connu est Triunfo.

Le rap à la sauce brésilien est carrément underground car les MCs locaux se le sont totalement approprié et il est donc imprégné de la culture locale. C’est un rap différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre, mélangeant exotisme et misère sociale. Les rappeurs des favelas sont à écouter sans modération !

Street Way of Life. Hip-Hop Is A Fuckin’ World Shit !

Vous pouvez retrouver nos autres articles sur le Hip-hop dans le monde ici !

Share