Le Tour Du Monde Du Hip-Hop #5 - L'Italie

Le Tour Du Monde Du Hip-Hop #5 – L’Italie

La culture Hip-Hop a, depuis des années déjà, fait son trou dans de nombreux pays, et l’Italie n’échappe évidemment pas à cette règle. Beaucoup moins gangsta qu’en France ou qu’aux Etats-Unis, à cause de l’influence de la mafia qui dégage une image différente du gangstérisme, le rap a fait son chemin en prônant la normalité des jeunes de cités. La musicalité des chansons est également primordiale, chose beaucoup plus intégrée dans la culture musicale de la péninsule, au contraire de la France par exemple, qui met en avant des textes travaillés. Entre les années 1990 et 2000, le rap en Italie est porté par des artistes tels que J-Ax ou encore Kaos. Très underground, le Hip-Hop n’a aucune notoriété, et être un rappeur à cette époque équivaut à être un « sfigato », autrement dit, un loseur.

Mais tout cela va très vite changer. En 2006, l’Italie gagne la Coupe du Monde et découvre en même temps deux obus qui vont porter le Hip-Hop italien vers des sommets alors encore inconnus. Il s’agit de Fabri Fibra, qui sera connu dans toute l’Europe (notamment invité pour un spécial Planète Rap sur Skyrock) avec son célèbre Applausi Per Fibra. Le deuxième est Mondo Marcio et son tube Dentro Alla Scatola, qui, en s’appuyant sur des sonorités plus américaines, fait bouger les italiens pendant tout l’été.

Cette médiatisation profitera dans les années suivantes à de jeunes talents tels que Marracash. En 2008, aucun italien n’a pu passer à côté de la célèbre onomatopée Badabum Cha Cha. Véritable folie estivale, le milanais sort un album qui se vendra à foison. Plus qu’un artiste, Marra est sûrement le dernier poète italien, dans la lignée de Lucio Dalla. Profondeur de texte, vision éclairée de la société d’aujourd’hui, réelle intelligence de rue, sonorités rythmées et diversifiées, le rappeur d’origine sicilienne pourrait être considéré comme le Youssoupha italien (avec le même sseveux sur la langue).

Un problème cependant se présente pour ces artistes. Si le succès, aussi bien médiatique que financier, arrive, le public est de plus en plus jeune et le rap est plus vu comme une mode passagère qu’une culture à part entière. Vacca représente bien cette idée du rappeur à succès qui vise surtout les jeunes et construit sa réputation sur internet. Tout comme les Club Dogo. Le célèbre groupe milanais, après avoir sorti d’énormes classiques, fut accusé de s’être vendu aux maisons de disque.

Avant :

Après :

Mais le rap italien pullule de jeunes artistes hybrides qui n’hésitent pas à mélanger les genres et les collaborations. On finit ce tour d’Italie avec une promesse, Rancore, rappeur de Rome, qui représente bien cette nouvelle génération ambitieuse et pleine d’idée.

Merci à François De Chiara qui a rédigé l’article pour Street Way of Life. Hip-Hop Is A Fuckin’ World Shit !

Vous pouvez retrouver nos autres articles sur le Hip-hop dans le monde ici !

Share