Justin Timberlake - The 20/20 Experience (Chronique)

Justin Timberlake – The 20/20 Experience (Chronique)

Entre une série de films, des tournois de golf, des investissements dans des restos et bien d’autres choses on aurait pu penser que Justin Timberlake, l’enfant prodige et prodigue de Memphis, avait décidé de faire table rase sur la musique. Mais, comme beaucoup, on attendait timidement son retour. C’est après six ans d’exil que JT a décidé de briser le silence et de donner une suite à ses deux premiers albums, Justified en 2002 et Futuresex/Lovesound en 2006, The 20/20 Experience. Après l’annonce de cet album, on commence à imaginer que le projet contiendra vingt morceaux mais au final « seuls » dix sont au menu. On pense également que le mot Experience prendra tout son sens avec diverses innovations au point de mériter ce 20/20.

C’était en janvier 2013 que Justin a balancé son essai Suit and Tie en collaboration avec Jay-Z. Les avis sur ce morceau ? Mitigés. Pour beaucoup, le Prince de la Pop est de retour et pour d’autres l’ex NSYNC se contente froidement de réchauffer le style usé par Robin Thicke. L’écoute sèche en elle-même est bonne. Il y a peu de morceaux, mais ceux-ci sont longs. Ce n’était de toute façon pas nouveau, les morceaux fleuves sont devenus la signature de Justin. Beaucoup d’entre eux durent plus de six minutes et se décomposent en deux parties, qui est en soit un procédé intéressant et efficace sur le single Mirrors, sorte de Cry Me A River arrangé à la sauce 2013, ou sur Strawberry BubbleGum, un R&B agrémenté de sonorités latinos, très apprécié par beaucoup. Cependant, parfois on tombe dans l’excessif, ce qui peut rendre une prestation inutile et ennuyante comme sur Pusher Lover Girl. 

Quant à la voix de Justin, elle vieillit comme le vin : elle est meilleure au fur et à mesure que les années avancent. Le travail de Timbaland à la production est toujours aussi efficace, et son style, sa talentueuse et agréable façon d’utiliser les instruments, se distingue toujours aussi aisément. Mauvais point cependant, on ne retrouve pas cet effet novateur que l’on ingérait avec Futuresex/LoveSoundTimbo avait réussi à remettre au goût du jour les sonorités electro dans le hip-hop en 2006 avec des morceaux tels que Sexy Back ou encore My Love. Il y avait cet effet novateur, visionnaire et précurseur qu’on ne retrouve pas sur le dernier essai de Justin Timberlake. Mais, car il y a toujours un mais, l’un des morceaux de The 20/20 Experience ressort, Let the Groove Get In, dominé par une rythmique africaine sur laquelle Justin et Timbo prennent des risques et cherchent à surprendre. On attend évidemment de pouvoir l’appréciez en live, si JT danse, il y a fort à parier que ça déménage.

Le principal défaut, malheureusement, c’est la pauvreté des textes. Aborder l’amour, c’est bien mais trop c’est trop. Après un morceau comme Losing My Way, extrait de son deuxième album, nous sommes en droit d’attendre que d’autres sujets soient traîtés et différents angles d’écritures abordés. Il y a aussi ces deux prétendus bonus qui font taches et ne collent malheureusement pas avec le reste du projet.

On ne va pas se mentir, The 20/20 Expérience reste un album agréable qui prouve que Justin n’a rien perdu de ses facultés vocales. Cependant, l’absence de nouveautés et les textes trop simples et répétitifs ne peuvent lui permettre de décrocher un vingt sur vingt.  Tout ce qu’on attend désormais, c’est une tournée mondiale et des visuels plus élaborés pour accompagner les morceaux de The 16/20 Experience.

Ntoyi !

Share