Elegance

Elegance

Elegance est un jeune groupe de danse du 92, formé par Paul Kabesa et Kévin Tambaud. Vous pouvez les suivre sur leurs comptes Twitter respectifs : Paul (ici) et Kévin (ici) et sur leur Facebook ici. Influencés par les plus grands, ils mélangent plusieurs styles de danses hip-hop à merveille !  Ils ont acceptés de répondre à nos questions en revenant sur leurs jeunes carrières et sur leur récent buzz YouTube :

Street Way Of Life : Pour commencer, pouvez-nous vous parler un peu de vous pour ceux qui ne vous connaissent pas ? 

Kévin : Et bien, nous sommes un duo de danse. On poste des vidéos sur YouTube. On danse ensemble depuis trois ans maintenant, principalement sur de la dubstep. Notre stylé est varié, en fait on mélange du krump, du new style, du popping, du dougie et d’autres styles de danse.

Paul : Je suis Paul Kabesa, un jeune étudiant qui aime la vie. Je joue au football et aime danser depuis que je suis tout petit.

SWOL : Quand et comment vous êtes-vous rencontrés ?

K : Avant de se rencontrer pour la première fois on avait chacun entendu parler de l’autre de par des amis qu’on avait en commun. On s’est rencontrés pour la première fois en 2009, on s’est en fait retrouvés dans le même lycée. On a commencé à danser ensemble dans une ruelle pas loin du lycée et on a décidé ensuite de créer le groupe et de commencer à nous filmer.

P : On s’est rencontré il y a deux ans par l’intermédiare de deux amis à nous qui se connaissaient et ont voulu organisé une battle entre Kevin et moi (rires).

SWOL : Pourquoi votre groupe s’appelle Elegance ?

K : En fait, c’est Paul qui a choisi de l’appeler Elegance, il m’en a parlé et je trouvais ça cool donc j’ai accepté.

P : Notre groupe s’appelle Elegance car il s’agit du premier mot auquel j’ai pensé lorsque je cherchais (rires). Mais après tout, Elegance est un mot qui décrit beaucoup de choses comme la mode, le style et mixer tout cela avec la danse était une sorte de challenge.

SWOL : Comment et pourquoi avez-vous commencé la danse ?

K : J’ai commencé la danse quand j’avais 13 ans. Un de mes amis avait fait une figure basique de break devant moi, le baby freeze pour être précis. J’ai voulu essayé et j’ai réussi. J’ai voulu apprendre d’autres choses, donc je me suis entrainé, mais sans but particulier. Deux ou trois mois plus tard on m’a proposé de participer au spectacle de fin d’année de mon collège, pour danser avec d’autres personnes. J’ai accepté, j’avais pourtant pas le niveau pour danser devant des centaines de personnes. Je me suis donc entrainé régulièrement dans ma chambre devant mon miroir jusqu’au jour du spectacle. J’avais acquis un meilleur niveau, j’étais prêt pour le spectacle. Le spectacle s’est très bien passé, j’ai vraiment aimé danser devant un public. Depuis je me suis investi plus sérieusement dans la danse, en faisant d’autres spectacles et concours.

P : Nous dansons tout deux depuis très jeunes et avons nos inspirations comme Michael Jackson ou encore Usher ou Chris Brown donc commencer la Danse était une formalité.

SWOL : Est-ce qu’il y a des artistes en particuliers que vous considérez comme des influences majeures ?

K : Les danseurs dont je peux pas me lasser, qui expriment leurs sentiments en dansant, qui nous font ressentir la musique, qui dansent vraiment ! Je dirais Lil’Buck, Tight Eyez, Retro, Chris Brown, Michael Jackson, Nonstop, Glitch et plein d’autres.

SWOL : A quel genre de danse vous identifieriez vous ?

K : La danse de rue dans son ensemble. On aime, aussi bien Paul que moi, mélanger les styles même si on le fait chacun à notre façon.

SWOL : Est-ce que vous avez participé à des concours nationaux ou internationaux de danse dans le passé ?

K : Pas encore.

P : Pour le moment on se concentre sur nos vidéos YouTube mais dans le futur on participera à des tournois à coup sûr.

SWOL : Votre style se concentre sur du popping old school, pourquoi avez-vous décidé de le mixé avec de la dubstep ?

K : La dubstep est devenue de plus en plus connu dans le monde. On a décidé de l’utiliser pour renouveler notre style et toucher un autre public.

P : On a décidé de mélanger le popping avec la dubstep car la dubstep est une nouveau style de musique. On aime le challenge et après tout on ne fait pas qu’un seul style, donc on fait ce qu’on aime et toutes les figures que l’on aime.

SWOL : Dans votre dernière vidéo Dance Cover vous reprenez le style des premiers films en noir et blanc et vous dansez de façon très original, pourquoi ce choix ?

K : On a tout d’abord voulu proposer à nos fans un autre type de vidéos, faire quelque chose d’original, créer et se renouveler sans cesse.

P : Dans Dance Cover on a voulu donc faire un clein d’oeil aux années du célébre Charlie Chaplin car encore voilà on aime toutes formes d’art et on est débordé d’imagination donc celà était obligé pour nous de voyager à travers les âges si je peux dire et de le mettre à notre sauce.

SWOL : Vos vieilles vidéos de 2009 montrent de grands liens avec la funk, donc votre danse semble avoir été limitée au popping. Cependant aujourd’hui, malgré le mouvement tutting et le new style, aussi bien que votre très haut niveau de danse, votre style ne semble pas avoir tellement évolué, pourquoi ?

K : A la base, on fait du popping c’est vrai. Mais on essaye aussi d’incorporer d’autres styles dans notre danse, on ne veut pas juste faire un style de danse en particulier.

P : Je ne pense pas que notre style soit resté le même, c’est juste qu’on danse comme on danse. Ce n’est pas parce qu’il y a de nouveaux mouvements à la mode qu’on doit le faire comme tout le monde. Justement, on ne veut pas être comme tout le monde. Par contre, tu as tort quand tu parles des tuttings car on en fait comme de la dougie. D’ailleurs, dédicace à Mbone qui est mort l’an dernier et qui est le meilleur danseur de dougie avec Chris Brown.

SWOL : Comment se déroule une journée type pour vous ?

K : Pour une journée de tournage, on cherche d’abord le lieu où on va danser. On est parfois accompagné d’un ami pour nous filmer, on a des enceintes pour la musique. On enchaine les prises, on regarde directement ce qu’on peut améliorer via la caméra et on recommence jusqu’à être satisfait, même si on ne l’est jamais totalement. On fait nos vidéos en fin d’après-midi généralement, les tournages durent en moyenne 2 à 3h, le temps de répéter, filmer, retravailler, etc…

P : (rires) La journée type avec Elegance rendez-vous dans Paris à 13 heures qui devient à 15 heures parce que je suis souvent en retard, et Kevin ça lui arrive aussi, puis on cherche un endroit assez unique. Ça peut être une simple rue qui dégage quelque chose puis on danse pendant 4 ou 5 prises. On est mort à la fin mais on aime tellement ça et voir le fruit de notre travail sur YouTube et voir que les gens aiment c’est vraiment magnifique !

SWOL : Qu’est- ce qu’on ressent après avoir fait 1 millions de vues pour la première fois ?

K : On ne réalise pas. C’est en fait une chose qu’on voit arriver aux autres mais qu’on ne pense jamais pouvoir réaliser. Pourtant on y arrive et on est très surpris. C’est comme un rêve éveillé.

P : Un million de vues ? Vraiment on a fait un million (rires) ? Après un millions de vues soit tu restes le même soit tu te la pètes (rires). Non mais c’est vraiment le pied de voir que tout ce monde t’as vu tu n’y crois pas d’ailleurs on y croit toujours pas la vidéo va faire deux millions de vues c’est vraiment fou !

SWOL : Quels sont vos projets pour la suite ?

K : Continuer les vidéos, danser pour des artistes et peut être passer à la TV.

P : Pour la suite on verra bien on passe le bac cette année donc d’abord ça apres des surprises seront présentes avec des artistes connus mais on laisse un peu de mystère. Description : http://static.ak.fbcdn.net/images/blank.gifMerci à vous.

Stay Fresh &  Your mind must be free, Touchy Beats, SwaggyMwen & NouhotÒ Lyrics !

Share