Ces Classiques Méconnus #12 - My Balls And My Word

Ces Classiques Méconnus #12 – My Balls And My Word

Vous ne connaissez peut-être pas cette époque de la fin des années 90 où, dans le sud, le Hip-Hop régnait, sans Cash Money mais grâce à un autre label, celui de Master P, No Limit Records. Young Bleed, l’un des membres de label, venant tout droit de Bâton-Rouge, petite ville de Louisiane dont est également originaire Kevin Gates par exemple, a sorti son premier projet solo My Balls And My Word le 28 janvier 1998. Deux mois plus tard, il sera certifié disque d’or.

Avec peu de tracks et de featurings comparés à la moyenne de ce qui faisait à l’époque chez No Limit, My Balls And My Word est probablement l’un – si ce n’est le – des meilleurs albums du label malgré quelques morceaux trop faibles. La vibe est en général laid-back, assez lente, smooth, et agrémentée de fortes basses qui résonnent dans le crâne.

Le gros défaut de l’album réside, comme dit auparavant, dans ces morceaux plus faibles mais à l’écoute des autres, on est directement comblé par la puissance des productions, la qualité techniques des rimes et les flows des différents MCs qui posent comme Master P, Mystikal, Laylow, Lucky Knuckles, Mo B. Dick, O’Dell ou encore C-Loc. L’album a également  un charme sudiste rarement égalé qui fait qu’on le reconnait rapidement par rapport aux autres livraisons de No Limit.

Pour un premier album, Young Bleed aura livré quelque chose de très solide, avec des sonorités crues et dures, sudistes comme on les aime, avec une touche un peu plus bounce et laid-back. Checkez au-dessous les trois sons que nous avons sélectionnés de l’album.

Stay Fresh, Touchy Beats !

Share